Les JC 2015 en images

Dépôt de gerbe, messe de la Cavalerie, prise d'armes

Les "Journées de la Cavalerie" 2015

Héritière des troupes à cheval, l’arme blindée cavalerie (ABC) tient une place essentielle dans les engagements opérationnels de l’armée de Terre. Forts du savoir-être et du savoir-faire du cavalier, les militaires qui la composent réussissent l’équilibre de la tradition de la modernité au cœur et de la nouvelle offre stratégique de l’armée de Terre. A l’occasion des Journées de la Cavalerie qui se sont déroulées à Saumur les 11 et 12 octobre, devoir de mémoire et avenir d’arme on été évoqués.

 

De Marignan à Iéna, des premiers engagements de chars en 1917 à l’épopée de la 2ème division blindée (2ème DB) , l’ABC porte en elle un passé glorieux. Panache, audace, intrépidité et détermination, ces hauts faits d’armes ont forgé l’esprit particulier de l’arme blindée cavalerie. Une histoire prestigieuse inscrite dans les plis des étendards et des               « vertus cavalières » partagées par tous dans une complicité et une fraternité d’équipage.

 

Décisionnaire dans la manœuvre, l’arme blindée cavalerie permet l’engagement des forces par l’acquisition du renseignement de contact, comme en témoigne le général de corps d’armée Michel YAKOVLEFF, vice-chef d’Etat-major au supreme headquarters allied power Europe (SHAPE) : « toute cette notion de préparation de la décision, d’arracher le renseignement, tout ceci est typique de la cavalerie ». Des caractéristiques qui permettent à l’ABC de se positionner comme un élément essentiel du nouveau modèle stratégique Au Contact.

 

Au cœur de la « Force Scorpion », l’arme blindée cavalerie fait en effet figure de pilier comme l’a souligné le général d’armée Jean-Pierre BOSSER, chef d’Etat-major de l’armée de Terre : « dans le modèle "Au Contact", l’arme blindée cavalerie occupe une part extrêmement importante puisque dans chacune des divisions et chacune des brigades, il y aura un régiment de l’ABC ». Un exemple d’équilibre achevé entre tradition et modernité, ciment de la cohésion et vecteur de l’efficacité des cavaliers au sein de l’armée de Terre.

 

                                                                                            Source : Armée de Terre

Les généraux Sainte-Claire Deville, de Villiers, Dumont Saint Priest et d'Anselme devant l'étendard de l'Ecole de Cavalerie Les "Journées de la Cavalerie" 2015, cour d'honneur des Inavlides
75ème anniversaire des Cadets de Saumur.[...]
Fichier audio/vidéo MP [14.0 MB]

Les EMS accueillent la 75ème commémoration des combats de cadets de Saumur

Placée sous la présidence du général Dumont Saint Priest, commandant l'école de Cavalerie, la commémoration des 75 ans des combats des cadets de Saumur s'est déroulée les 19 et 20 juin 2015 sur les sites de Saumur (49) et de Gennes (49).

Le vendredi 19 juin 2015 s'est tenue une prise d'armes dans la cour Austerlitz des Écoles Militaires de Saumur (EMS). Cette cérémonie était présidée par Monsieur Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire (SEDAC).

à cette occasion, Monsieur Jean-Marc Todeschini, rendait un hommage poignant face au courage des Cadets de Saumur. « Tous ces hommes se destinaient à une carrière militaire singulière mais, en menant cette guerre avec courage, esprit de sacrifice et de camaraderie pour la défense de la Loire, ils devinrent les Cadets de Saumur. Pour eux, la liberté était un idéal. Pour la conserver, ils n'ont pas hésité à s'engager dans la résistance. Parmi-eux, 250 en ont payé le prix fort. Voici, mesdames et messieurs, l'histoire des Cadets de Saumur. Une histoire de courage, de sacrifice, une histoire de foi en la France, de confiance en l'avenir du pays, une histoire d'homme(s) aussi... »

Ce jour-là, quatre des seize derniers Cadets encore en vie, étaient présents (les colonels Moreau de Ballain et Mahé et les sergents-chefs Turquan et Delesalle).

Cette allocution s'est suivie d'un dépôt de gerbes aux deux plaques commémoratives des Cadets de Saumur de l'arme blindée cavalerie et de l'arme du train avant de s'achever autour d'une conférence-débat entre les Cadets d'ancienne et de nouvelle génération.

Le lendemain, le samedi 20 juin 2015, une prise d'armes présidée par le général Dumont Saint Priest, commandant l'école de Cavalerie à Saumur, s'est tenue sur le site de Saint-Eusèbe à Gennes. Cette cérémonie permettait de rendre hommage aux Cadets de Saumur et de leurs compagnons d'armes morts pour la France sur l'une des célèbres places fortes des Cadets.

Il y a 75 ans, les Cadets se battaient pour la défense des ponts de la Loire. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Cadets de Saumur (du nom donné aux élèves officiers de réserve de l'École d'Application de la Cavalerie, à Saumur) et d'autres éléments de l'Armée française, s'opposaient, en juin 1940, à l'avancée allemande sur la Loire. Les principaux affrontements eurent lieu à Saumur et à Gennes.

 

Lieutenant Carole Sanchez
Officier Communication Information
écoles Militaires de Saumur

Ci-dessous deux fusains. Ces derniers ont été réalisés par Geoffroy de Navacelle, un des Cadets de Saumur,

décédé le 5 mai 2015

Les Cadets devant le bâtiment principal des Ecoles Militaires de Saumur qui était à l’époque l’Ecole d’Application de l’Arme Blindée Cavalerie
L’officier allemand salut la bravoure des Cadets de Saumur
Berry au Bac 2015
Berry au Bac 16 avril 2015.pdf
Document Adobe Acrobat [356.2 KB]

Exposition au Musée de la cavalerie - 1815 Waterloo ... Quand l'histoire devient un spectacle

 

Le jeudi 09 avril 2015, le musée de la Cavalerie situé à Saumur, a inauguré l'ouverture de son exposition Waterloo.

 

Le musée de la Cavalerie accueille pour cette occasion, une reconstitution impressionnante de la bataille de Waterloo. Cette dernière sera exposée  jusqu'au 15 septembre 2015.

Ce diorama de plus de 100 m² et de 22 000 figurines, entièrement conçue par M. Jean-Pierre LECLERQ, permet au visiteur de rejoindre les rangs des cavaliers du maréchal NEY et des grognards de la Garde de CAMBRONNE, pour assister 200 ans après, à l'une des plus célèbres batailles de l'Histoire.

Exposition au musée du Sous-Officier de Saint-Maixent

« Lucien OTT, un artiste dans la Grande Guerre » 


Dans le cadre du Centenaire 1914-1918, le Musée du Sous-Officier de Saint-Maixent-l’Ecole, dans les Deux-Sèvres, propose actuellement une exposition intitulée « Lucien OTT, un artiste dans la Grande Guerre ».


Inaugurée mardi 11 novembre 2014 par le général Patrice PAULET, commandant l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active, commandant la base de défense de Poitiers Saint-Maixent et délégué départemental des Deux-Sèvres, cette exposition gratuite est ouverte au public jusqu’au 30 septembre 2015. Gage de sa qualité et de l’intérêt qu’elle représente, elle fait partie des onze actions labellisées Centenaire et en partie financées par le comité départemental du Centenaire des Deux-Sèvres.


Les vitrines et objets présentés ont pour objectif de contextualiser et de valoriser l’exposition de l’artiste mais aussi de rappeler les faits marquants de ce conflit à travers des objets sortis des réserves du Musée du Sous-Officier pour être présentés au public.  Grâce au témoignage de ces œuvres, le Musée du Sous-Officier et Monsieur Bertrand CANTINOTTI, commissaire de l’exposition, ambitionnent de permettre à nos contemporains de se réapproprier la Grande Guerre en évoquant plus particulièrement le quotidien des Poilus.


Présentée à Saint-Maixent l’Ecole, capitale nationale de la formation des sous-officiers de l’armée de Terre, cette exposition illustre le très fort attachement du Musée du Sous-Officier à la transmission du Devoir de Mémoire et de l’esprit de Défense.


Créé en 1931, le Musée du Sous-Officier est aujourd’hui l’un des 15 musées de l’armée de Terre.  Il retrace à la fois les évolutions et l’organisation de la formation des sous-officiers de l’ancien régime à nos jours mais aussi 133 ans de vie militaire dans la garnison de Saint-Maixent l’Ecole. Lieu unique du patrimoine militaire et culturel en Poitou-Charentes, le Musée du Sous-Officiers reçoit plus de 6 000 visiteurs par an, dont une part non négligeable de jeune public.


Pour tout renseignement,  merci de prendre contact  avec le bureau communication de l’ENSOA :  05 49 76 83 06  /  05 49 76 82 95  

06 24 08 18 83  

ensoa.dircom.fct@intradef.gouv.fr

Flyers Lucien OTT.pdf
Document Adobe Acrobat [483.2 KB]