Depuis août 2018, le 501ème régiment de Chars de combat compte 12 MASSTECH parmi ses nouveaux équipements. Ils ont été déployés pour la première fois sur le terrain à la faveur du 5ème escadron qui en a perçu huit pour leur POD-DO en région Pas-de-Calais.


Rappelons que le MASSTECH vient remplacer petit à petit dans nos unités le célèbre P4 connu pour sa rusticité depuis de nombreuses années.


Beau défi alors pour ce nouveau véhicule léger polyvalent qui n’a pas attendu de faire ses preuves chez nos Rapaces du 5ème escadron.


Tous s’accordent à dire que le MASSTECH est une belle plus-value dans leur quotidien de combattant ; équipements de désenlisement, barre de remorquage, caméra de recul, galerie de toit, cric, compresseur portable ou encore direction assistée... Toutes ces options viennent faciliter le travail de nos soldats ainsi que leur confort pour les soulager au quotidien dans leur mission.

 

Cette fois, c'est le 501ème régiment de Chars de combat de Mourmelon qui parle de ses... Masstech !

VT4 : Véhicule tactique 4X4

 

Véhicule de commandement et de liaison léger, non blindé, le VT4 est de type 4x4 militarisé, destiné à assurer des liaisons au profit de 5 soldats ou 4 combattants équipés FéLIN dans un contexte opérationnel (Opint type Sentinelle ou Opex en phase de stabilisation et normalisation) et de préparation opérationnelle (sécurité des activités, manœuvres, formation et entraînement).

 

Il participe également directement à la sécurisation des emprises militaires et sensibles. Dans le cadre de la loi de programmation 2019-2025, 3 980 équiperont l’armée de Terre d’ici 2025.

 

Le VT4 est un véhicule léger tactique polyvalent remplaçant le véhicule P4 (Peugeot 4 roues motrices). Il allie modernité, puissance, capacité de franchissement et dispose d’un profil de roulage complet (sur route, en tout chemin et en tout-terrain).

 

Ses points forts :

  • matériel récent doté de nombreux dispositifs de sécurité pour la conduite sur route ;
  • charge utile et capacité d’emport conséquentes (5 soldats ou 4 combattants Félin, avec 1 jour de combat et musette COYOTTE) ;
  • niveau d’équipements permettant d’économiser le potentiel physique des soldats en opération (climatisation, assise confortable et insonorisation de l’habitacle) ;
  • puissance et vélocité

 

Caractéristiques :

  • PTAC de 3,5 t avec une charge utile de 900 kg ;
  • tout terrain ;
  • pré-équipé pour recevoir 2 postes PR4G, le système d’information SITEL, un moyen de positionnement par satellites de type DAGR. Il doit bénéficier à terme des moyens de communication de nouvelle génération (CONTACT, SICS) ;
  • systèmes d’occultation de sources lumineuses Black-out ;
  • 220 CV, 163 km/h ;
  • aérotransportable ;
  • peut fonctionner avec les carburants militaires et du gas-oil fortement dégradé ;
  • housses de transport compatibles FAMAS et HK416F.

Le SERVAL, futur blindé léger multi-rôles de l'armée de terre

Véhicule 4×4 de 15 tonnes, le « Serval » pourra embarquer jusqu’à 10 soldats équipés du système FELIN (Fantassin à Équipements et Liaisons INtégrés). Disposant d’équipements communs aux autres véhicules du programme SCORPION et complémentaire du Griffon, il est équipera en particulier la force de réaction rapide (QRF) de l’échelon national d’urgence. Enfin, il devra être en mesure de rouler à 100 km/h et avoir une autonomie de 900 km.

La Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 prévoit la livraison de 489 « Serval » d’ici 2025. L’objectif est d’en doter l’armée de Terre de 978 exemplaires à l’horizon 2030. Un premier régiment en sera équipé à la fin 2022. 

 

Véhicule blindé 4x4 de l’ordre de 15 tonnes, le VBMR léger embarquera jusqu’à 10 soldats équipés du système FELIN. Il intègrera divers équipements communs aux véhicules Scorpion, en particulier le cœur électronique du véhicule, une mitrailleuse téléopérée depuis l’habitacle, des détecteurs de menaces ainsi que le système d’information du combat Scorpion. Ils lui permettront de s’intégrer dans le réseau des véhicules Scorpion. Le VBMR léger sera décliné en 4 versions principales :

- Patrouille, 
- Renseignement et Reconnaissance, 
- Relais de Communications, 
- Guerre Electronique.

Les premières livraisons de la version Patrouille sont prévues d’ici 4 ans.

 

Reportage en anglais
Jaguar EBRC Scorpion Program.mp4
Fichier audio/vidéo MP [14.8 MB]

Lancement du programme Scorpion

La loi de programmation militaire 2014-2019 prévoit l’autonomie stratégique de la France pour notre futur modèle d’armée. Pour satisfaire à cette exigence, le renforcement des capacités opérationnelles de nos forces est prévu à travers notamment, pour l’armée de terre, le programme d’armement Scorpion.

 

À l’occasion de sa visite à la 27ème brigade d’infanterie de montagne à Varces (Isère), Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a confié aux industriels Nexter, Renault Trucks Défense (RTD) et Thales, la réalisation de près de 2 000 engins blindés dans le cadre du programme Scorpion, en présence de Laurent Collet-Billon, délégué général pour l’armement et du général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de terre. Il s’agit des deux premières opérations du programme Scorpion (qui comprend six opérations au total) pour un montant de 752 millions d’euros.

 

Lors de son adresse aux forces à Varces, le ministre a déclaré : « Le travail remarquable qui a déjà été mené me permet aujourd’hui de lancer le programme en toute sérénité. J’en avais pris l’engagement au salon Eurosatory 2014 : j’ai    maintenant le plaisir de remettre aux cotraitants Nexter, Thales et Renault Trucks Défense, le marché couvrant la        réalisation des véhicules blindés multi-rôles et de  l’engin blindé de reconnaissance et de combat. »

 

Pendant la phase de développement, le plan de charge de ce contrat représentera près de 1 000 emplois directs hautement qualifiés. Il sera de plus de 1 700 emplois directs en phase de production.

 

Le programme Scorpion permettra à l’armée de terre de moderniser, à partir de 2018, ses groupements tactiques interarmes (GTIA). Ces derniers, qui doivent faire face à tous les types de combat, verront leur gamme médiane renouvelée, autour de deux engins de combat. L’intégration des capacités du GTIA sera faite par un unique moyen d’information et de communication. Soutenable d’emblée, Scorpion intègre également la rénovation future du char Leclerc et le système de  préparation opérationnelle (notamment avec la simulation embarquée).

 

Préparé par la Direction générale de l’armement (DGA), le marché comprend :

· le développement et l’acquisition de 1 722 véhicules blindés multi rôles (VBMR), baptisés Griffon, destinés à remplacer les Véhicules de l’avant blindé (VAB) ;

· le développement et l’acquisition de 248 engins blindés de reconnaissance et de combat (EBRC), baptisés Jaguar, destinés à remplacer les chars légers AMX10RC et Sagaie, ainsi que les VAB HOT ;

· l’acquisition des systèmes de soutien et de formation associés.

 

Conformément à la Loi de programmation militaire, la livraison des premiers VBMR est prévue en 2018, celle des premiers EBRC en début de période suivante.

 

Outre Nexter, Thales et RTD, le programme fait aussi intervenir le groupe Safran pour l’optronique, et pour l’armement de l’EBRC, CTA International pour le canon de 40 mm CTA et MBDA pour le Missile moyenne portée (MMP).

Véhicule Blindé Multi Rôle (VBMR) : Griffon

Au titre du marché EBMR, le Véhicule Blindé Multi Rôles GRIFFON et l'Engin Blindé de Reconnaissance et de Combat  JAGUAR remplaceront respectivement d'une part les VAB, et d'autre part les AMX10RC, les ERC Sagaie et les VAB Hot du segment dit médian, fabriqués dans les années 70 et 80 et utilisés intensivement par l'armée de Terre sur tous les théâtres d'opération depuis trente ans.

 

Le marché couvre toutes les phases d'un programme d'armement, du développement au soutien logistique en unité en passant par la qualification et la fabrication des matériels. Le GME s'engage sur les performances intrinsèques des matériels sur le long terme ainsi que sur la disponibilité opérationnelle des véhicules en service.

 

Le meilleur des savoir-faire et de l'innovation développés par les trois sociétés du GME dans les domaines de la mobilité, de la protection, des armements et de la numérisation seront intégrés sur les premiers systèmes labélisés SCORPION. L'effet sur le terrain des futurs GTIA (Groupements Tactiques Inter-Armes) ainsi équipés des matériels SCORPION EBMR sera démultiplié par rapport à ceux de l'ancienne génération.

 

Ce programme, structurant pour Nexter, RTD et Thales ainsi que pour tout le tissu industriel français irrigué par les commandes de sous-traitance du GME permettra la création d'un millier d'emplois dans sa phase de développement et de 1 700 emplois dans sa phase de production.

 

Près de 2 000 véhicules, et tous les moyens de soutien logistique associés, seront livrés aux forces à partir de 2018.

Engin blindé de reconnaissance et de combat (EBRC) : Jaguar

OBJECTIFS

 

Intégré dans le projet armée de Terre 2020, SCORPION vise à renouveler, à compter de 2018, les capacités médianes du combat de contact autour de deux plateformes : le VBMR (Véhicule Blindé Multi Rôle) GRIFFON et l’EBRC (Engin Blindé de Reconnaissance et de Combat) JAGUAR. Ce projet cible également l’unique système d’information du combat SCORPION (SICS) pour la mise en réseau de tous les systèmes produisant un effet tactique sur le terrain.

 

SCORPION intègre également la rénovation du char LECLERC et prend en compte d’emblée (facteur innovant) le système de  préparation opérationnelle (simulation) et le soutien.

 

PRINCIPES

· Optimiser les capacités médianes de combat des GTIA engagés au contact direct de l’adversaire : amélioration de la protection, de la mobilité, de l’autonomie et de l’agilité tactique qui concourent à l’efficacité opérationnelle, optimisation de la préparation opérationnelle ;

· Renouveler les plateformes de combat majeures des GTIA en recherchant un maximum de communalités entre le VBMR et l’EBRC (maîtrise des coûts de MCO dans la durée) tout en maintenant les capacités du char de combat LECLERC ;

· Mettre en cohérence les capacités du GTIA en fédérant les plateformes et les combattants autour d’un unique système d’information et de communication (SICS) : partage immédiat de l’information, le combat collaboratif (accélération de l’action au combat) et optimisation de la préparation opérationnelle (simulation embarquée) ;

 

Garantir un système de soutien optimisé en développant des systèmes modulaires (approche par kits) pour réduire l’empreinte logistique sur les théâtres.